Santo 2006 (entre août et décembre 2006)

SANTO 2006 est une expédition scientifique destinée à dresser l’inventaire de la flore et de la faune des milieux terrestres et marins d’une grande île montagneuse du Pacifique Sud : Espiritu Santo (ou Santo), au Vanuatu.

Santo 2006
Plus d’une centaine de spécialistes venus d’une quinzaine de pays ont été impliqués sur le terrain sur une période de 5 mois entre août et décembre 2006.
Par sa superficie et son relief, Santo et ses franges marines présente une palette d’habitats qui sont restés quasiment inexplorés jusqu’à nos jours. Cette diversité écologique et sa position au sein des grands archipels mélanésiens font de Santo une île d’une grande diversité biologique dont l’essentiel de la flore et de la faune reste à découvrir, en particulier dans les groupes « méga-divers » comme les insectes ou les mollusques marins.
L’exploration a concerné tous les habitats de l’île (grands fonds marins, récifs, grottes, eaux douces, montagnes, canopées forestières).
Le programme scientifique comprenait 4 grands modules. Le module « Biodiversité marine » (août à octobre 2006) coordonné par Philippe Bouchet, Claude Payri, Bertrand Richer de Forges) a regroupé 50-60 participants. Le site retenu pour SANTO 2006 était situé autour de Luganville et offrait une mosaïque d’habitats allant de la mangrove d’estuaire aux grandes profondeurs en passant par les récifs. Ce module fonctionnait avec un groupe basé à terre, où était installé un laboratoire au Maritime College pour le tri, l’observation et les fixations. Le navire océanographique « Alis » servait pour emmener quotidiennement de petits groupes faire des prélèvements.
Sur un total de 10 semaines sur zone, 4 ont été consacrées aux poissons et aux algues, 4 aux petits invertébrés benthiques des formations littorales et récifales (0-120 m), et 2 autres aux communautés profondes (100-1 000 m).
La partie « grands fonds » était organisée autour de la campagne SANTOBOA (du 10 au 27 octobre 2006), qui avait pour objectif l’étude des communautés biologiques associées aux substrats organiques coulés, bois en particulier.

Ce contenu a été publié dans Campagnes océanographiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.